Beethoven

samedi 07 novembre 2020 à 20h30 Théâtre Quintaou, Anglet
dimanche 08 novembre 2020 à 16h30 Salle Mendeala, Hasparren

Tarifs

Tarif plein : 26€ 

Adhérents SnSA : 10€/14€/18€     

Tarif réduit : 15€

Moins de 22 ans : gratuit

Formule Piccolo (élèves mineurs CRR ou écoles de musique du réseau départemental 64): 15€ (1 adulte + 1 élève) ou 20€ (2 adultes + 1 élève) – sur présentation d’un justificatif

Distribution

Soliste violon : Marina Chiche
Direction : Victorien Vanoosten

En quelques mots

A l’occasion du 250ème anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven, l’Orchestre Symphonique du Pays Basque – Iparraldeko Orkestra – célèbre le compositeur à travers deux de ses œuvres les plus paisibles : le Concerto pour violon en ré majeur op.61 et la Symphonie n°6 en fa majeur op.68, dite « Pastorale ».

Achevé à Vienne en 1806, le Concerto pour violon de Beethoven, monument du genre,  est une ample partition empreinte de douceur et de poésie. Popularisée par l’exécution qu’en donna le grand violoniste Joseph Joachim en 1844 sous la direction de Félix Mendelssohn à Londres,  l’œuvre deviendra une référence pour tous les compositeurs romantiques.

Créée à Vienne en 1808, la Symphonie Pastorale est un véritable hymne à la Nature. Symphonie à programme en cinq mouvements, elle convie l’auditeur à un périple musical à travers une Nature tantôt apaisée (« Scène au bord du ruisseau »), tantôt agitée (« Orage »).

Un programme ressourçant pour entrer dans l’hiver en douceur et bien sur, en musique.

Marina Chiche

Connue du grand public par ses nominations remarquées aux Victoires de la musique classique en 2004 et 2005 et ses productions discographiques, Marina Chiche poursuit une carrière internationale.
Elle se produit aux quatre coins du monde. En soliste elle se produit avec de nombreux orchestres francais (Orchestre de Paris, Lille, Lorraine, Nice, Montpellier) et étrangers (Sinfonia Varsovia, Ensemble Kanazawa, Ural Philharmonic Orchestra, Baden- Baden Philharmoniker, Berliner Sinfoniker dans les salles les plus prestigieuses comme Théâtre des Champs-Élysées et du Châtelet, Gasteig à Münich, Athénée à Bucarest, International Forum à Tokyo, Philharmonie de Berlin. Lors des saisons précédentes elle joue notamment les concertos pour violon de Bach, Beethoven, Brahms, Korngold et Tchaikovsky en Israel, Corée du Sud et en tournée au Japon avec des diffusions live sur France Musique ou la NHK. 

En musique de chambre elle partage la scène avec J. Silverstein, B. Berezovsky, F. Boffard, A. Karttunen, C. Halevi, ou en récital avec Abdel Rahman El Bacha. Elle est l’invitée de festivals internationaux : La Folle Journée à Nantes et au Japon, Festival de Verbier, Printemps des Arts à Monaco, Great Wall Festival en Chine, Järvi Festival en Estonie.  

Ses disques – Sonates de Brahms, récital seul « Après une lecture de Bach » – ont reçu des critiques élogieuses (Recommandé de Répertoire-Classica, Piano Magazine, Coup de coeur France Musique). 

Après avoir étudié au CNR de Marseille, Marina obtient quatre brillants premiers prix au CNSMD de Paris en violon, musique de chambre, analyse et esthétique. Elle poursuit ensuite ses études à Vienne, Münich et Berlin. Parmi ses influences majeures, on peut citer Jean Ter Merguerian à Marseille, Ana Chumachenco à Münich, Pierre-Laurent Aimard et Gyorgy Kurtag à Paris ainsi que Ferenc Rados à Budapest.

De 2013 à 2018 elle a été Professeure de violon en Allemagne à la Hochschule für Musik Trossingen ainsi que chef du département Cordes. Par ailleurs elle est régulièrement invitée à donner des masterclasses : Birmingham Conservatory, Académies de musique de Riga et de Tallinn,Conservatoire Royal de Bruxelles, Oregon University,USA. 

Au-delà de ses activités de violoniste et de pédagogue du violon, elle poursuit une réflexion plus large sur la musique qui correspond bien à la polyvalence de sa formation.
Titulaire d’un doctorat en Arts, théorie et pratiques, Marina est très attachée à la transmission de la musique – ce qu’elle adore faire sous toutes ses formes, notamment à la radio sur France Musique, dans son blog Facebook ou dans le magazine culturel Transfuge.

Elle donne un atelier sur la thématique « Musique et politique au XXe siècle » à Sciences Po Paris. Elle est également sollicitée à l’échelle européenne dans le cadre de l’AEC. 

Marina Chiche joue un violon napolitain de Giuseppe Gagliano (1762).